Prises de parole publiques de MSF

Podcast: prises de parole publiques de MSF

La série des podcasts sur les « prises de parole publiques de MSF » est basée sur la collection des études de cas du même nom. À l’instar des études, elle examine les contraintes, questionnements, dilemmes et controverses concernant les prises de parole publiques auxquels Médecins Sans Frontières a été confrontée au cours de son histoire. 
Ceux-ci sont restitués à travers des extraits de documents d’archives et d'articles de presse. Des extraits d’entretiens avec les protagonistes de MSF éclairent également les analyses sur les positions prises à l’époque des événements. 

shows.acast.com

La première série de ce podcast est basée sur l’étude de cas «MSF et Srebrenica 1993 – 2003».
Cette série de cinq épisodes examine les contraintes, questionnements et dilemmes posés par la prise de parole publique aux équipes de MSF présentes dans l’enclave musulmane de Srebrenica depuis le début de son siège par les forces bosno-serbes, en 1993, jusqu’à sa chute, en juillet 1995 et les massacres qui ont suivi, qualifiés, depuis, d’«actes de génocide» par la justice internationale.

Ecoutez le prologue
As a disarmed Bosnian enclave, under the theoretical protection of the United Nations, Srebrenica fell in the end, into the hands of the Serbs. 1993
© René Caravielhe
01 / 05

Épisode 1 – Entrer dans l’enclave

Alors que les Nations unies (ONU) ont déclaré Srebrenica «zone de sécurité» en mars 1993, la communauté musulmane piégée à l'intérieur de la ville vit sous des bombardements constants. MSF fourni des soins médicaux tout en commençant à se demander quelle protection l'ONU peut réellement offrir.

Lire la suite

L’étude de cas sur les prises de parole publiques «MSF et Srebrenica 1993-2003»  

open.spotify.com

Ce podcast de la série les « prises de parole publiques de MSF » est basé sur l’étude de cas : Traque et massacres des réfugiés rwandais au Zaïre-Congo : 1996-1997 

Nous y examinons l’expérience de MSF confrontée aux conséquences du génocide des Rwandais tutsis de1994, et en particulier à son impact sur les populations locales et les réfugiés vivants dans un des pays voisins du Rwanda : le Zaïre, rebaptisé depuis République démocratique du Congo. 
 
Au cours de 8 épisodes, nous décrivons les violences qui ont frappé le Zaïre en 1996 et en 1997. Nous examinons les contraintes, les questionnements et les dilemmes posés aux équipes de Médecins Sans Frontières, alors qu’elles s’efforcent de porter secours aux réfugiés rwandais et aux populations locales dans l’est du Zaïre.  
 

Écoutez les 8 épisodes
Exode: rapatriement des refugies rwandais. Entre 1996 et 1997, des attaques aux camps de refugies situes le long de la frontiere est du Zaire poussent les refugies d’abord a se deplacer sur d’autres camps (Tingi-Tingi, Amissi, Biaro), ensuite a rentrer au Rwanda. Le rapatriement se fait dans des conditions inhumaines, la volonte des autorites rebelles etant celle d’eliminer de facon systematique les refugies.
© Wim Van Cappellen
01 / 08

Épisode 1 - La reprise du conflit dans l’est du Zaïre

En 1996, MSF tente d’alerter la communauté internationale sur la résurgence des conflits dans l’est du Zaïre, dont ses équipes sont les témoins. Installés dans les camps, où ils tiennent les réfugiés en otage depuis leur fuite du Rwanda en juin 1994, les perpétrateurs du génocide des rwandais tutsis menacent et attaquent également les populations civiles zaïroises.  Le nouveau régime rwandais et son alliée zaïroise l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre réagit en attaquant les camps.

Lire la suite

L’étude de cas sur les prises de parole publiques 'Traque et massacres des réfugiés Rwandais au Zaïre-Congo: 1996-1997'