Arduous and lengthy treatment of tuberculosis
Rapport international d'activités 2019

Papouasie Nouvelle Guinée

MSF en Papouasie Nouvelle Guinée en 2019 La tuberculose (TB) est la deuxième cause de mortalité en Papouasie Nouvelle Guinée. Elle est restée un défi majeur pour les services de santé du pays et une priorité pour Médecins Sans Frontières (MSF) en 2019.
PNG2019_FR.jpg

Nous travaillons en collaboration avec le programme national de lutte contre la TB pour améliorer le dépistage, le diagnostic, la mise sous traitement et le suivi à l'hôpital Gerehu de Port Moresby, la capitale, et à Kerema, une ville de la province du Golfe. 

En 2019, les nouvelles recommandations de l'Organisation mondiale de la santé pour le traitement de la TB multi-résistante (TB-MR) ont été appliquées chez tous les patients. Au lieu de subir des injections quotidiennes douloureuses, ils reçoivent, pendant six mois, un traitement oral à la bédaquiline. Ce médicament relativement nouveau provoque moins d'effets secondaires et a permis à MSF d'améliorer la prise en charge des patients, l’observance des traitements et les taux de guérison, des enjeux clés. 

À Port Moresby, face au nombre important de patients, nous avons ouvert, au sein de l'hôpital Gerehu, une unité spécialisée TB  pour dépister, diagnostiquer et traiter plus de patients en toute sécurité.   

Nous avons aussi intensifié nos activités mobiles, en déployant des cliniques dans des régions isolées de la province du Golfe et en améliorant l'accès au diagnostic et au traitement pour les patients auparavant exclus de ces services pour des raisons géographiques, économiques ou culturelles. 

Grâce à ce modèle décentralisé de soins, les patients ont moins besoin de se rendre dans une structure médicale, ce qui leur épargne des frais de transport. Toute l’année, nous avons amélioré la qualité de la prise en charge, en intégrant le dépistage du VIH, en renforçant le conseil et en assurant un suivi étroit des patients, de leurs traitements et des effets secondaires. Nous avons ainsi pu réduire le nombre d'abandons de traitement. 

La page suivante
Médecins Sans Frontières