Violences sexuelles

Le niveau de violence sexuelle reste extrêmement élevé en RDC, tant dans les provinces fortement touchées par le conflit actif que dans celles considérées comme plus stables. Au cours de l'année 2020, MSF a fourni des soins médicaux et psychologiques à plus de 10 000 personnes victimes de violences sexuelles à Kananga (province du Kasaï Central) ; Angumu, Drodro, Nizi, Mambasa (province de l'Ituri) ; Bambo, Kibirizi, Masisi, Mweso, Rutshuru, Walikale, Goma (province du Nord-Kivu) ; Baraka, Kalehe, Kimbi-Lulenge (province du Sud-Kivu) et Salamabila (province du Maniema).

Dans la province du Nord Kivu, les cliniques Tumaini (« Espoir » en Swahili) à Kitchanga, Mweso et Walikale ont offert des services médicaux et psychosociaux aux patients victimes de violences sexuelles, notamment des services de santé reproductive et de santé mentale. Plus de 600 patients ont bénéficié des services de ces cliniques. De janvier à décembre 2020, MSF a effectué plus de 1 300 consultations liées aux violences sexuelles sur l’ensemble de structures de santé qu’elle appuie dans ses projets de Mweso et Walikale. Dans le Haut-Katanga, MSF est intervenu auprès de trente femmes victimes de viol dans la prison de Kasapa après une attaque de l’établissement carcéral lors des émeutes qui ont secoué la prison les 25, 26 et 27 septembre 2020.

Bien que le nombre de personnes ayant survécu à des violences sexuelles et soignées dans les structures que nous soutenons est élevé, MSF estime que l'ampleur réelle du problème est nettement plus importante compte tenu de la sous-déclaration des cas. Les survivantes de violences sexuelles sont confrontées à d'importants obstacles pour accéder aux soins médicaux et psychologiques dont elles ont besoin. Ces obstacles vont de l'éloignement géographique et du mauvais état des routes à la pauvreté, en passant par la peur et l'insécurité, mais aussi la stigmatisation, la honte ou une connaissance insuffisante des services disponibles.

Des besoins importants restent insatisfaits, notamment l'accès à des soins médicaux et psychologiques holistiques et de qualité, à des programmes de protection et à un soutien juridique et socio-économique. Le manque de soutien socio-économique a un impact significatif sur de nombreux patients, souvent rejetés par leur famille et la communauté. Il est nécessaire de mettre en place des mécanismes et des programmes de protection afin de répondre aux besoins urgents et à long terme de ces personnes, d'accroître les moyens de prévention, de dissuader les intimidations et les représailles et de mettre fin aux fréquentes violations des droits de l'homme auxquelles sont confrontées les communautés.

Articles

 
Violences sexuelles à Salamabila

Maniema : à Salamabila, un important besoin de mettre fin aux violences sexuelles.

27 Jan 2022
 
U1A1000_Binza_RDC_July 2021

Violences sexuelles à Binza : des blessures impossibles à cicatriser

5 Aou 2021
 
Salamabia Sexual Violence

Double peine: Les dommages causés par la violence sexuelle vont au-delà des blessures physiques

20 Jul 2021
 
Salamabia Sexual Violence

L’urgence d'une approche globale pour accompagner les survivantes de violences sexuelles

15 Jul 2021
 
Violence sexuelle

Violences sexuelles en RDC : Voix de survivantes

15 Jul 2021
 
Cover

MSF appelle à une mobilisation urgente pour les survivantes de violences sexuelles

15 Jul 2021