Soyapango. El Salvador
Rapport international d'activités 2019

El Salvador

MSF au Salvador en 2019 En 2019 au Salvador, Médecins Sans Frontières (MSF) a continué d’offrir une aide médicale et psychologique dans des quartiers de San Salvador qualifiés de « zones rouges » en raison du niveau élevé de violence.
El_Salvador2019_FR.jpg

Avec 36 homicides pour 100’000 habitants en 2019 selon la police, le Salvador figure parmi les pays avec le taux le plus élevé au monde. La violence entre gangs et les conflits avec les forces de sécurité ont des conséquences humanitaires.  

En empêchant les habitants de circuler librement d'un quartier à l'autre dans les zones dominées par l’un ou l’autre, les gangs rivaux les privent d'accès aux services de santé. Dans certaines « zones rouges », le ministère de la Santé a suspendu les services à cause de la violence et des menaces.  

En 2019, dans le cadre de nos actions de promotion de la santé et de renforcement des communautés, nous avons formé six comités de santé dans des quartiers de San Salvador et de Soyapango, une ville voisine. Ces comités ont pu coopérer directement avec le ministère de la Santé pour fournir des soins.  

En s'appuyant sur le travail communautaire de notre équipe de promotion de la santé, ils ont aussi mis sur pied, avec les autorités locales, des actions pour promouvoir des habitudes saines et prévenir les maladies, à travers la désinfection de l'eau, des campagnes d'assainissement, la prévention des maladies transmises par les moustiques et la formation aux premiers secours.  

MSF a aussi travaillé avec le ministère de la Santé pour faciliter l'accès aux communautés perçues comme dangereuses, où il n’était pas possible d’assurer les soins ni de faire de la promotion de la santé. Ainsi les vaccinations et les services en santé sexuelle et génésique ont repris et nous avons pu dispenser des soins en santé mentale dans des structures médicales. 

En partenariat avec Emergency Medical System (un service national d'ambulance) et Rescue Corps (une association de volontaires), nous avons continué d’assurer des services d'urgence et d'ambulance à Soyapango, et avons ainsi transféré plus de 1’650 cas urgents dans les communautés où il n’y a pas de services de santé. MSF a aussi commencé à étudier l'extension de ces services à la ville voisine d'Ilopango. 

De plus, nous avons collaboré avec des institutions d'État et d'autres ONG pour fournir assistance et abris aux migrants ainsi qu'aux expulsés et déplacées. Nous avons répondu aux besoins médicaux et en santé mentale de 2’284 personnes. 

En 2019 au Salvador, une femme sur six a été victime de violence sexuelle. MSF a fourni une assistance en santé mentale à 71 de ces victimes. De plus, nos travailleurs sociaux et nos équipes médicales ont soutenu des personnes affectées par le meurtre ou la disparition forcée de membres de leur famille ainsi que celles qui vivent sous la menace ou le risque d'être recrutées de force par des gangs. Toutes avaient besoin de protection.  

MSF a aussi plaidé pour que l’accès aux zones où la violence est endémique soit sûr afin que nos équipes puissent y travailler. 

En 2019 au Salvador, MSF a mené environ 7’100 actions communautaires et nos cliniques mobiles ont reçu environ 10’500 consultations médicales et plus de 2’900 consultations en santé sexuelle et génésique. 

La page suivante
Médecins Sans Frontières