New top banner for FR
L’effet boomerang de la COVID-19

L’impact sur l’Europe

L’Europe n’a pas échappé à la COVID-19 ni aux contraintes qu’elle a entraînées – au contraire, elle a même été l’épicentre de la pandémie à certains moments. De la France à la Belgique en passant par l’Espagne et l’Italie, il y a eu des périodes où les hôpitaux ont atteint leur pleine capacité et le personnel de santé a dû travailler 24 heures d’affilée. Tout cela a eu un impact sur les patients présentant des affections médicales non liées à la COVID-19. À Paris, de nombreux sans-abri, y compris des migrants et des demandeurs d’asile, ont du faire face à des changementstels que la fermeture de leurs établissements de soins habituels ou l’absence des associations qui les soutiennent habituellement. Les équipes de MSF ont mis en place des cliniques mobiles pour venir en aide aux personnes vivant à la rue, victimes invisibles de l’effet boomerang de la COVID-19.

Video

"Je ne peux pas consulter de médecin parce que je suis sans-papiers"

Seco est originaire de Gambie. Il est sans-abri à Paris. Comme de nombreuses autres personnes vivant à la rue, il a du mal à obtenir des soins pour son problème dermatologique pendant la pandémie. Ne sachant pas où se faire soigner, il n’a d’autre solution que de  se rendre à la clinique mobile de MSF, qui propose des tests pour la COVID-19 et des soins de médecine générale aux sans-abri.

Cliniques mobiles pour les sans-abri

Video

"Nous devons augmenter la fréquence de nos cliniques mobiles"

Jean-François Véran est coordinateur du projet de cliniques mobiles en France. Depuis le début de la pandémie de COVID-19, il a constaté un changement dans les catégories de personnes nécessitant une assistance alimentaire et médicale de base à Paris. Mais malgré les situations de détresse dont il a pu être témoin, Jean-François reste optimiste et envisage un avenir sans distanciation sociale ni tests pour la COVID-19.