Intervention méningite à Banalia

Quatre choses à savoir sur la méningite

La méningite est une infection des enveloppes du cerveau et de la moelle épinière, qu’on appelle les méninges. Son taux de létalité est élevé et elle peut entraîner de graves séquelles. Cette maladie constitue toujours un défi de santé publique à l’échelle mondiale.

Depuis fin mai 2022, plus de 55 cas suspects de méningite, parmi lesquels 20 décès déjà enregistrés, ont été notifiés dans la zone de santé de Gombari, dans la province du Haut-Uélé. Les alertes proviennent de cinq aires de santé sur les 15 que compte la zone. Des prélèvements (ponctions lombaires) ont été réalisés pour confirmer le diagnostic, dont un seul résultat positif jusqu'ici a permis d'identifier la souche neisseria meningitidis. Une équipe d’urgence de Médecins Sans Frontières (MSF) est sur place pour supporter les efforts des autorités sanitaires locales.

Voici les quatre choses les plus importantes à retenir sur la méningite :

D’où vient-elle ?

Cette maladie peut être d’origine bactérienne, virale ou fongique. Les méningites virales sont généralement bénignes. Les méningites bactériennes sont souvent plus graves. Les quatre principales bactéries qui occasionnent des formes aigues sont neisseria meningitidis (méningocoque), streptococcus pneumoniae (pneumocoque), haemophilus influenzae et streptococcus agalactiae (streptocoque du groupe B). Les trois premières bactéries se trouvent dans le nez et dans la gorge, et se transmettent par des gouttelettes de sécrétions respiratoires ou pharyngées. Les streptocoques du groupe B sont présents dans l’intestin ou le vagin et peuvent se transmettre de la mère à l’enfant au moment de l’accouchement.

Les méningites fongiques sont moins fréquentes mais peuvent aussi être sévères.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes qui accompagnent la méningite sont multiples. Ils peuvent apparaitre entre deux à 10 jours après la contamination.

Il peut s’agir de : maux de tête intenses, nuque raide ou douloureuse, forte fièvre, hypersensibilité à la lumière, somnolence, confusion, convulsions. L’éruption cutanée, les douleurs articulaires, les mains et pieds froids ou encore des vomissements peuvent aussi être des signés associés.

Existe-t-il un traitement ?

Oui, un traitement pour la méningite existe. À cause de sa gravité et de sa dangerosité, il est nécessaire de soumettre le patient à un traitement antibiotique le plus rapidement possible pour les formes bactériennes de la maladie. En l’absence de traitement, la létalité peut être très élevée (jusqu’à 50%).

En dehors du traitement antibiotique, la vaccination est aussi recommandée de façon préventive.

Comment l’éviter ?

La vaccination est un moyen durable et efficace pour prévenir cette maladie. Le recours aux antibiotiques peut aussi constituer un moyen de prévention contre la méningite dans un contexte épidémique (pour l’entourage d’un patient contaminé).

En dehors ces moyens, il est important de respecter les mesures d’hygiènes pour minimiser les risques de contagion :

  • se laver les mains fréquemment avec de l’eau propre et du savon ;
  • porter un masque ;
  • dans les lieux publics (comme les écoles), laver régulièrement les surfaces ;
  • consulter le plus tôt possible une structure sanitaire si on a des symptômes afin d’être rapidement pris en charge dans un service d’isolement et de diminuer le risque d’exposition pour la famille et la communauté

Il est aussi conseillé d’adopter un mode de vie sain pour renforcer son système immunitaire et de soigner les infections des voies respiratoires des enfants dès leur apparition.