Dr Nana Mimbu, épidémiologiste, représentante de l’association pour MSF en RDC

Au cœur de l’association MSF : la culture du débat au service des patients

La semaine dernière, pendant deux jours, plus de 80 membres des équipes de MSF en RDC se sont réunis à Goma pour un rendez-vous annuel incontournable dans la vie de l’organisation : les débats associatifs terrains.

Au-delà d’une organisation humanitaire à vocation médicale, MSF est aussi et avant tout une association dont les membres sont garants du respect de l’identité, des principes et de l’éthique. Tous les ans, les membres se réunissent lors de l’Assemblée Générale Internationale pour passer en revue les actions de l’organisation et vérifier l’adéquation entre les interventions et la mission sociale de MSF. Les débats associatifs terrain sont un préalable important car ils donnent la parole aux équipes de terrain de MSF à travers le monde – infirmier.e.s, chauffeur.e.s, sages-femmes, logisticien.ne.s, coordinateurs.trices de projet, etc. - afin de faire émerger des orientations et propositions concrètes pour améliorer l’action de l’organisation.

Docteur Nana Mimbu, épidémiologiste, est une des représentantes de l’association pour MSF en RDC. Elle nous en dit plus sur ces débats associatifs terrain.  

Discussions associatives de MSF à Goma 
Discussions associatives de MSF à Goma dans le Nord-Kivu. 
Pacom Bagula

En quoi consiste les « débats associatifs terrain » chez MSF ?

Dr. Nana : Les débats associatifs de terrain, plus communément appelés « FADs » (dérivé de l’anglais « Field Associative Debates »), consistent en deux jours d’échanges intenses, et souvent animés, sur nos combats d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Ces débats ont lieu à la même période dans toutes les missions de MSF, du Nigéria au Mexique, de l’Afghanistan au Mozambique, et bien sûr en RDC où des collègues de tout le pays se rassemblent pour échanger pendant quelques jours.

Sur base de ce qui se passe autour de nous et qui peut avoir un impact sur nos interventions, nous déterminons chaque année une série de sujets à débattre. Cela nous permet de prendre du recul sur nos activités. A travers ces débats, chaque collègue de MSF, peu importe sa position et sa fonction, peut challenger, influencer et orienter positivement nos interventions médicales et humanitaires dans le monde.

Quels sont les thèmes débattus ?

Dr. Nana : Les thèmes varient d’une année à l’autre, et sont étroitement liés au monde dans lequel nous évoluons. Il peut s’agir de questions liées à la prise en charge des patients, notre engagement avec les communautés au sein desquelles nous travaillons, mais aussi plus globalement à l’évolution du mouvement MSF par exemple.

Cette année une des thématiques retenues concernait la problématique de l’intervention humanitaire face à l’insécurité et comment maintenir nos activités dans certaines zones tout en minimisant les risques pour notre personnel et nos patients.

C’est évidemment un sujet très important pour nous en RDC, et éminemment d’actualité, vu le dernier incident grave auquel nos équipes ont fait face en Ituri en octobre de l’année dernière et qui a mené récemment à la fermeture de deux de nos projets à Nizi et Bambu.

Discussions associatives de MSF à Goma
Discussions associatives de MSF à Goma dans le Nord-Kivu. 

Quelles seront les retombées de ces débats sur les activités de MSF ?

Dr. Nana : A l’issue des discussions, vient le moment du vote. Les participants adoptent des recommandations et des motions, qui pourront être soumises à l'Assemblée Générale, en vue d’améliorer notre action et de s’assurer que nos interventions et notre mode de fonctionnement restent pertinents et adaptés au monde actuel. Un débat associatif autour d'une thématique peut influer sur la qualité du travail que nous faisons sur le terrain. La qualité de nos projets dépend de la qualité de nos débats !