Fighting malaria and a failing health system in Bolivar
Rapport international d'activités 2019

Vénézuela

MSF au Vénézuela en 2019 L’impact de la crise politique et économique au Vénézuela est considérable : des millions de Vénézuéliens sont confrontés aux pénuries de nourriture, de médicaments et d’autres biens de base.
Venzuela2019_FR.jpg

L’état des services de santé publics est très alarmant. De nombreux hôpitaux manquent de matériel, d'équipements, et même d'accès aux services de base comme l'eau.  

En 2019, Médecins Sans Frontières (MSF) a intensifié ses projets au Vénézuela. Nous avons remis en état des hôpitaux et dispensaires, distribué du matériel médical aux structures de santé et aux patients, reconstruit des systèmes d'eau et d'assainissement, et formé du personnel, tout en poursuivant nos activités médicales habituelles.  

Dans l'État d'Amazonas, nous avons commencé à rénover l'hôpital José Gregorio Hernández, l'hôpital mère-enfant et trois cliniques. Afin d'optimiser nos activités, nous avons aussi lancé un projet pilote pour améliorer le système d'approvisionnement médical et la manière dont nous produisions des données épidémiologiques dans chaque structure que nous soutenons. 

Dans l'État d'Anzoátegui en 2019, plus de 25’300 patients ont bénéficié des services que nous offrons dans un centre de soins généraux, comprenant vaccination, promotion de la santé, et soins en santé mentale, et en santé sexuelle et génésique. 

À Caracas, l’une des villes les plus violentes au mondeObservatoire vénézuélien de la violence, 2019, nous avons fourni, en collaboration avec des organisations et institutions publiques locales, des traitements médicaux et un soutien en santé mentale aux victimes de violence sexuelle et urbaine dans les municipalités de Libertador et Sucre. En 2019, nous avons mené près de 580 consultations médicales et 4’100 consultations individuelles en santé mentale De plus, nous avons commencé à rénover l'infrastructure et des équipements biomédicaux de l'hôpital Vargas, une des principales structures de la ville. 

Nous avons poursuivi notre collaboration avec le programme national de lutte contre le paludisme à Sifontes, dans l’État de Bolívar, une zone minière dont la prévalence de paludisme est la plus forte du pays. Dans l'État de Sucre, les cas de paludisme sont très nombreux. Nous y avons aidé l'Institut de paludologie à identifier les zones de reproduction des moustiques infectés. En 2019, nous avons diagnostiqué et traité plus de 87’500 patients, distribué des moustiquaires, mené des campagnes de promotion de la santé et renforcé le contrôle vectoriel.  

Dans l'État de Delta Amacuro, nous avons fourni un appui logistique et technique au programme de vaccination du ministère de la Santé, qui a été étendu pour atteindre des communautés isolées à l'extrême est du pays. En empruntant les voies navigables, nous avons pu administrer des vaccinations de routine à près de 2’400 personnes contre des maladies comme la polio, la rougeole, l'hépatite B, la diphtérie et la fièvre jaune.  

En 2019, nous avons aussi répondu à des urgences. Nous avons offert un soutien en santé mentale aux populations affectées par les violences du premier trimestre de l'année, et avons donné des médicaments et du matériel médical essentiels aux soignants. En mars, une panne nationale d'électricité a provoqué des pénuries d'eau. Nous avons donc assuré la prévention et le traitement des diarrhées. Nous avons aussi formé du personnel des institutions publiques à la préservation de l'eau. 

La page suivante
Médecins Sans Frontières