Barsalogho, medical activities
Rapport international d'activités 2019

Burkina Faso

MSF au Burkina Faso en 2019 En 2019, le Burkina Faso a connu une flambée de violence qui a provoqué des déplacements massifs et durement restreint l'accès aux services de santé dans les régions touchées.
BurkinaFaso2019_FR.jpg

Début janvier 2019, de violents heurts ont éclaté à Yirgou au nord du pays, et forcé des milliers d'habitants à fuir. Ces violences entre groupes armés communautaires et religieux ont rapidement dégénéré. Des équipes de Médecins Sans Frontières (MSF), déjà présentes dans la région du Sahel en soutien aux services d'urgences et blocs opératoires des structures médicales de Gorom-Gorom et Djibo, sont rapidement intervenues à Barsalogho et Foubé, au centre du pays, pour fournir des soins de base aux communautés hôtes et aux déplacés.

Selon les autorités, près de 100 centres de santé ont dû cesser leurs activités et de nombreux autres n'ont plus qu'une capacité réduite. L'insécurité croissante complique l'accès de communautés isolées aux services de santé en ville et la capacité des organisations humanitaires à atteindre les personnes dans le besoin.

En milieu d’année, malgré ces enjeux de sécurité, nos équipes avaient renforcé l’aide, et lancé des activités médicales et le transport d'eau par camion à Titao et Ouindigui, dans la région du Nord, ainsi qu'à Fada-Ngourma, Matiakoali et Gayéri, dans l'est.

Fin 2019, des équipes étaient déployées dans les quatre régions les plus touchées par le conflit pour offrir soins de base, abris et matériel de secours, comme des jerrycans, du savon et des moustiquaires, aux communautés locales et aux déplacés. Nous avons remis en état des pompes à eau, foré des puits et acheminé par camion plus de 8,3 millions de litres d'eau potable.

À Ouagadougou, la capitale, nous gérons toujours un projet de lutte contre la dengue, et soutenons la surveillance, la formation du personnel et la préparation à une nouvelle épidémie.

Nous suivre

La page suivante
Médecins Sans Frontières