Rapport d’Activités International 2017

Myanmar

MSF au Myanmar Au Myanmar, conflit armé, déplacements, tensions intercommunautaires et apatridie ont provoqué une grave crise en 2017. L'interdiction d'accès qui frappe les organisations humanitaires a réduit l'offre de soins médicaux.
Myanmar map IAR 2017 (FR)

État de Rakhine

Les résultats de six enquêtes menées par MSF dans des camps de réfugiés au Bangladesh ont révélé la riposte disproportionnée de l'armée du Myanmar aux attaques contre des postes de police en août. Selon des estimations prudentes, au moins 6'700 Rohingyas auraient été tués au Myanmar en l'espace d'un mois, dont quelque 730 enfants de moins de cinq ans. En fin d’année, plus de 660'000 personnes, principalement des Rohingyas, avaient fui au Bangladesh. Des villages ont été réduits en cendres, et avec eux trois des quatre cliniques gérées par MSF. 

Les opérations de MSF au nord de l'État de Rakhine ont été entravées entre début août et la fin de l'année à cause de l’interdiction pour le personnel international d’accéder à la zone et de l’absence d'autorisation de mener des activités médicales. MSF a continué de proposer son soutien aux autorités pour offrir des soins urgents et non urgents aux populations restées dans l'État de Rakhine. En septembre, MSF a publiquement appelé le gouvernement du Myanmar à octroyer un accès libre et indépendant aux organisations humanitaires internationales. 

Jusqu'en août, les cliniques fixes et mobiles de MSF ont offert des soins primaires et en santé génésique dans le district de Maungdaw. MSF a aussi aidé les hôpitaux du ministère de la Santé et des Sports à prendre en charge les cas de VIH à Maungdaw et Buthidaung. Les équipes ont reçu plus de 36'000 consultations et orienté 1'043 patients vers d'autres structures. À Sittwe et Pauktaw et dans les environs, MSF a proposé des soins primaires et en santé génésique, ainsi que des transferts d'urgence via ses cliniques mobiles déployées dans les villages et cinq camps de déplacés. Dans ces camps, MSF a assuré en moyenne 1'820 consultations par mois. 

En fin d'année, MSF attendait encore l'autorisation de travailler, alors que les Rohingyas fuyaient toujours au Bangladesh. Très peu d'organisations humanitaires ont été autorisées à accéder à l'État de Rakhine.

Insein clinic, for treatment for HIV, TB, and Hepatitis C in Yangon. By Alessandro Penso, Feb 2018.
Tin Lay, 42 ans, à la clinique Insein de MSF à Yangon. Elle se prépare à débuter un traitement contre la tuberculose. 
Alessandro Penso/MAPS

États Shan et Kachin 

MSF soutient les communautés vulnérables dans les États Kachin et Shan, où la reprise du conflit a provoqué le déplacement de quelque 100'000 personnes. En 2017, dans ces deux États, MSF a soigné 16'586 patients atteints du VIH et 504 de tuberculose, dont 28 souffraient de TB multi-résistante (TB-MR). 

Région de Yangon

À Yangon, MSF a fourni des soins aux patients atteints du VIH et de la TB dans deux cliniques : 21 patients souffrant de TB ultra-résistante ont été mis sous traitement. MSF a aussi soigné 42 séropositifs contre la TB-MR et 194, contre l'hépatite C.

Région de Tanintharyi

MSF gère une clinique à Dawei et aide les hôpitaux à décentraliser la prise en charge du VIH. L’équipe assure les tests de mesure de la charge virale pour tous les séropositifs dans la région de Tanintharyi, et s'emploie, avec la communauté, à améliorer le dépistage et le traitement précoces du VIH. Des traitements contre la TB et l'hépatite C sont aussi disponibles. 

Wa et Naga

Les activités médicales de MSF dans la Région spéciale Wa 2, au nord de l'État Shan, ont pris fin mi-2017 à cause de l'aggravation de la situation politique et de l'incapacité pour son personnel international d’y accéder. Avant la fermeture, MSF a reçu plus de 2'430 consultations ambulatoires via des cliniques fixes et mobiles. Un nouveau programme, centré sur les soins primaires et la promotion de la santé, a été lancé à Naga, une des zones les plus isolées du pays dans la région de Sagaing.

La page suivante
Médecins Sans Frontières